Petite précision sur cet article :  Cet article n’est pas un appel à quitter votre job. Cela concerne spécifiquement les personnes qui ont des doutes sur leurs carrières professionnelles. Si vous vous demandez très souvent ce que vous faites au travail, peut-être cet article fera sens pour vous.

Pour ceux qui ont déjà trouvé leur “voies”, eh bien, bravo; Vous pouvez continuer et boire des mojitos sur la plage. Ce n’est pas donné à tout le monde en effet.

Sur ce, on peut commencer l’article.

——

Je me souviens encore du son tonitruant de l’alarme qui sonne le matin. Je m’en souviens encore alors que cela fait 7 ans que je ne l’entends plus.

Oui, il suffit que je mette mon alarme pour un rendez-vous particulier ou pour un vol, et à chaque fois, la même sensation : Je me suis incroyablement reconnaissante de ne plus à avoir à subir cela.

Pourtant, c’est un comble pour moi.

Pourquoi?

Parce que je suis matinale. Je me suis toujours réveillée aux alentours de 6 ou 7 heure du matin, naturellement.

Bien entendu, lorsque je devais mettre un réveil, la nature voulait que j’ai du mal à me réveiller. Je n’ai compris que bien plus tard que je n’arrivais pas à me réveiller simplement parce que je ne voulais pas me lever pour faire la tâche que je devais faire.

La routine du salariat…n’est pas un problème en soi. C’est à vous de considérer la chose.

Avant de continuer, sachez que j’ai rien contre le salariat. Cela convient à beaucoup de personnes et d’un côté, c’est tant mieux. Certaines personnes ne peuvent pas être des salariés heureux…C’est mon cas.

Du coup, lorsque le réveil sonne, c’est le début de tout une routine bien ficelée. On va prendre sa douche, on prend un petit dej, on écoute la radio et hop, on ferme la porte de chez soi; Souvent, dans la précipitation tant c’était dure de quitter son lit…

Voilà.

Et, ça pendant des années…plus de 42 ans si on suit le système de cotisation actuelle. Si vous faites un travail qui vous plait, alors, en effet, c’est super. Vous pouvez même y aller de coeur joie.

Le vrai problème du salariat, c’est quand vous vous levez et que vous n’aimez pas ce que vous faites.

Finalement, tout vous dégoute et le salariat devient votre ennemi. Si, c’est le cas, c’est que certainement, vous cochez plusieurs cases ci-dessous :

Vous avez le droit qu’à quelques semaines de vacances et vous ne pouvez

  • Vous ne pouvez obtenir que deux semaines de vacances; En plus, vous ne pouvez même pas choisir vos dates.
  • Le salaire est nul et il faut mendier pour une augmentation de 20 euros le mois.
  • Vos collègues sont des fouteurs de merde et ils sont loin de vous inspirer
  • Vous vous dites souvent que vous avez toutes ces études pour rien tant votre job vous semble vide.

Plus ces phrases font sens pour vous, plus vous êtes sur le chemin d’un gars qui va détester le salariat.

Et, naturellement, vous allez chercher un moyen d’y échapper.

La bonne nouvelle, c’est que vous savez que c’est possible.

Il suffit simplement de taper ” comment gagner de l’argent sur internet” pour tomber sur des gamins de 20 ans qui vous expliquent comment ils sont devenus millionnaires.

Vendeurs de rêve ou non, n’empêche que c’est un fait incontestable.

De plus en plus de personnes commencent à quitter un emploi à temps plein, en particulier notre génération Y.

Monter au sommet d’une entreprise n’est plus le graal de carrière recherché. Pareil pour le CDI, beaucoup de personnes ne le recherchent plus du tout.

Quand sait-on qu’il faut se lancer à son propre  compte?

Tout d’abord je dirais que cela dépend de vos aspirations profondes. Parfois, il suffit simplement de trouver un autre travail plus satisfaisant. Parfois, c’est viscéral, et on veut absolument se mettre à son compte. Si vous avez une passion ou si vous aimez entreprendre, c’est typiquement votre cas.

En tous les cas, souvent on veut quitter son job pour se mettre à son compte.

C’est certainement ce qu’il y a de plus formidable dans notre époque. Aujourd’hui, et même parfois, c’est un peu too much, c’est franchement à la mode d’être entrepreneur. La nouvelle génération ( celle née en 2000) est carrément plus radicale.

Ils connaissent la puissance des réseaux sociaux et beaucoup d’entres eux veulent devenir youtubeur ou influenceur, par exemple.

Et les données le montrent :  Une étude à révélé que 56% des américains veulent devenir Youtubeur.

De plus, c’est la tendance globale à savoir le nombre toujours plus important de freelancers.

Et, même les salariés ont l’option de travailler de chez eux, en télé-travail. C’est donc tout un ensemble de choses qui font  que nous sommes à fond dans l’ère du travail nomad.

quitter son job

Mais, pendant que j’écris ces lignes, vous vous sentez peut-être coincé.

À chaque jour de la semaine qui passe, vous attendez le week-end pour ne pas avoir à penser au travail?

Vous savez, c’est déjà une sonnette d’alarme. Vous ne pouvez pas vous permettre d’être heureux uniquement quand vient le vendredi. Je ne dis pas ça pour vous faire peur, mais franchement, essayez d’y réfléchir.

Peut-être que vous avez simplement besoin de changer de boulot ou de routine. Peu-être avez-vous besoin de faire plus d’activités qui vous rendent heureux.

Je ne peux pas le savoir à votre place. Ce que je sais, en revanche, c’est qu’attendre le vendredi pour être content, c’est carrément un indice d’un manque de satisfaction professionnelle important…

Je dirais que ça devient plus préoccupant si vous avez d’autres insatisfactions chroniques, de type :

  • Vous n’en pouvez plus d’avoir un patron au dessus de vous. Qu’importe la personne au dessus de vous, l’idée simple d’avoir un supérieur vous dégoute profondément.
  • Vous n’en pouvez plus de vous déplacer dans un endroit fixe vous ennuie terriblement. Vous sentez au fond de vous que vous aimeriez être souple géographiquement et travailler de chez vous ou ailleurs. Tout sauf dans un bureau.
  • Vous n’en pouvez plus de l’idée d’enrichir une boite tout en sachant que vous concernant, vous avez un plafond de verre. Quand vous y pensez sérieusement, vous avez la nausée?

C’est à ce stade que je dirais – de prime abord- que vous êtes simplement une personne qui doit devenir entrepreneur.

Et, il est peut-être temps en effet de fixer votre objectif : quitter votre job.

➡ ( Attention, ne quittez pas votre job sur un coup de tête, il faut dans un premier temps prévoir votre sortie de secours et votre plan de carrière).

Que faire maintenant que l’on sait que l’on veut devenir entrepreneur?

Que vous souhaitiez quitter votre job pour voyager plus, pour essayer quelque chose de nouveau, ou si vous êtes simplement ennuyé ou mécontent de ce que vous faites, alors, vous aurez peur.

C’est normal, on est tous passé par là. Cela fait peur de commencer quelque chose de nouveau, surtout si on est pas encore sûre de la suite.

Que faire alors?

Comment quitter votre job stable et sûr pour vous lancer à votre compte? Et pouvez-vous même en vivre et payer vos factures?

Payer ses factures est l’obstacle numéro 1.

Pourquoi?

Tout simplement car se mettre à son compte ne rapporte pas dans l’immédiat. Enfin, si vous vous y prenez bien, en quelques mois, vous pouvez largement vous en sortir. En règle général, il faudra créer votre activité d’indépendant -au début- en parallèle à votre activité de salarié. 

Pour la suite de cet article, je vais me baser sur des témoignages de personnes qui ont suivi mes formations pour devenir rédacteur web. Honnêtement, j’ai amélioré en quelques sortes le récit pour le rendre plus ” accrocheur”. Je n’ai pas changé le fond, alors, si les témoignants lisent ceci, ne vous en faites pas 😉

Voyons comment  Juliette XXX, est devenue rédactrice web, a quitté son emploi et fait le saut dans la vie de freelancer:

Je ne pense pas que j’étais prédestinée à être rédactrice. Je viens d’une famille très classique où tout le monde travaille en salariés. D’ailleurs, c’est vrai, je ne vois personne de ma famille qui à monté sa propre boite.

Il n’y a même pas d’artisans autour de moi. Voilà pour le contexte familial.

Donc, logiquement, j’ai fais des études jusqu’à mon master pour travailler dans une ONG. La seule chose que je savais, en revanche, c’était que je voulais travailler à l’étranger. Et, très probablement en Afrique.

Après mes études, j’ai trouvé un stage à la Croix Rouge, à Paris. L’ambiance était bonne et les perspectives d’évolutions très bonnes. J’étais très contente de commencer comme cela pour mon premier stage.

Puis, après 6 mois, j’ai cherché mon premier emploi. J’ai travaillée pour une petite boite et c’est là que j’ai compris le mot salariat dans toute sa splendeur.

J’avais un supérieur horrible, de type tatillon et fouineur. Il ne laissait rien passé. J’était super fatiguée de mes horaires. Je rentrais chez moi aux alentours de 20h, après une bonne heure passé dans un métro bondé ( la ligne 9 pour ceux qui savent).

Puis, au bout de 3 mois, j’ai rencontré ma compagne et on s’est vite dit qu’on voulait partir de Paris et de la France en générale.

Elle était pigiste pour quelques journaux. Elle n’avait donc pas de problème à s’expatrier. Le vrai obstacle venait de moi.

J’ai donc décidé moi aussi de devenir freelance. Au départ, je suis resté dans mon domaine d’activité. Je travaillais comme leveur de fond pour des associations.

Et, petit à petit, j’ai vécu à l’étranger comme une parfaite digitale nomade. Bizarrement, ce n’était pas aussi dure que ce je croyais. Le premier contrat a été plutôt dure à avoir, puis cela s’est enchainé tout seul.

Et, 6 ans après, clairement, je remercie le Ciel d’avoir eu l’occasion de pouvoir travailler où je le voulais et quand je le voulais.

Un bonheur pour moi.

Son histoire est similaire à celle de nombreux autres freelancers qui ont quitté leur emploi et ont décidé de jouir de l’indépendance financière et géographique dont ils rêvaient.

Si votre inquiétude quand à quitter votre job tient au fait que vous avez peur de ne pas gagenr assez d’argent; Dites-vous que ce n’est pas un problème majeur. Au bout de quelques mois et quelques semaines ( si vous vous faites accompagné), vous aurez rapidement des clients.

Juliette n’est pas une exception.

D’accord.

Bien que cet article soit principalement axé sur le fait de quitter votre job salarié, examinons rapidement d’autres scénarios.

  • Certaines personnes vont à l’université, obtiennent un diplôme, trouvent un bon emploi rémunéré, puis tentent d’échapper aux horaires de dingue imposés, sans y parvenir
  • D’autres décrochent un diplôme et créent une entreprise qui valent des million de dollars.
  • D’autres créent des vidéos sur Youtube et se créent une activité autour de leurs passions.
  • Certaines personnes ont juste commencé à écrire des articles de blog avant que celui-ci, naturellement, devienne une véritable source de revenu.
  • Certaines personnes ont essayé de créer des entreprises et des startups et se sont plantés.
  • Des personnes se sont lancés à leurs comptes en prospectant sur internet et se sont créer une activité d’indépendant rentables.

Qu’est-ce que je veux dire par là?

Je veux dire qu’il y a milles scénarios possibles et imaginables.

Il n’y a pas de chemin tout fait.

Passer à l’action est le meilleur moyen de réussir

Oui, la phrase est banale est presque cul-cul. Je le sais.

Mais, que voulez-vous? C’est ça la réalité si vous voulez quitter vraiment votre job et vous lancer à votre compte.

Il faut prendre le taureau par les cornes.

Il faut agir tout simplement.

Mais vous n’avez pas besoin de plus d’informations. Ce dont vous avez besoin, c’est d’agir.

Et, si c’est encore trop vague, je vous comprends. On est tous passé par là, en fait.

Quelle que soit la position dans laquelle vous vous trouvez actuellement, voici un guide pour rendre ce changement aussi simple que possible:

Je vous invite à lire l’article qui succède à celui-ci:

>> Les 6 étapes pour quitter votre job et créer votre propre activité sur internet.

Je vous dis donc à bientôt et ne paniquez pas, tout viendra au bon moment une fois que vous aurez franchi la première étape.

1 Shares:

Laissez un commentaire

Vous aimeriez aussi :