Bienvenue dans ce nouvel interview avec un couple franco-italien, Mila et Denni. Comme vous le savez, j’aime beaucoup le vélo et j’ai très envie de faire un jour avec un petit voyage en Europe en vélo. Eh bien, c’est ce qu’ils ont fait!  J’ai donc découvert ce coupe, à travers leur chaine Youtube. Ils sont vraiment très inspirants et c’est vraiment des vidéos que je prends plaisir à regarder. Je suis extrêmement ravie qu’ils aient accepté de répondre à mes questions.

Et, voici donc sans plus tarder leurs réponses.

(Note : C’est Mila qui a répondu aux questions, d’où l’emploi du pronom “je”.)

Quel est  le blog et de quoi parles-tu principalement?

Un monde à vélo
Voici Mila et Denni

Mon blog s’appelle Un Monde à Vélo et comme son nom l’indique, je parle de voyage à vélo sur ce dernier. Mon idée était tout d’abord de partager mon expérience du voyage. C’est vrai que dans notre domaine, il est parfois difficile de trouver des informations en ligne. Alors, au fil du temps, mon blog a évolué pour lui donner un aspect plus pratique.

Qui sont tes lecteurs et que leurs apportes-tu?

Mes lecteurs sont très divers mais ont beaucoup évolué ces derniers temps. Au début, la majorité de nos lecteurs avaient entre 35 et 65 ans et étaient des hommes. Aujourd’hui, la tendance s’inverse avec un public plus féminin (56%) et plus jeune (24-35 ans). C’est vrai qu’entre temps, le voyage à vélo est devenu de plus en plus populaire, c’est ce qui pourrait expliquer ce changement plutôt étonnant !

J’espère que je leur apporte beaucoup de réponses aux questions qu’ils peuvent se poser sur le voyage à vélo. En tout cas, ils sont de plus en plus nombreux, c’est quelque chose qui me procure vraiment un plaisir fou 😀 !

Peux-tu nous dire comment tu t’es lancé dans cette activité ( en ligne) ?

Tout d’abord, ce n’est pas vraiment mon activité principale. 

En tout cas, ça ne l’était pas du tout à la base. Mais avant, je partais faire un voyage à vélo avec mon partenaire. Je travaille depuis 2011 en tant que webmarketeuse entre autres. Lorsque nous avons tout quitté, j’ai lancé ce blog principalement pour conserver mes compétences, avoir toujours un peu la main dans le cambouis. Très vite, j’ai reçu des propositions pour faire de la rédaction web (sur des sujets qui n’avaient rien à voir avec le blog). J’écrivais donc sur mon blog par passion et c’est toujours le cas aujourd’hui. Mais ce qui a changé, c’est que je reçois beaucoup plus de commandes sur mon sujet de prédilection, et ça, c’est un vrai plaisir !

Quelle était ta situation avant de commencer?

Un monde à véloJe travaillais dans une  start-up de l’économie collaborative. Mon point fort, c’était de créer des communautés en ligne autour d’un projet. J’ai donc toujours été un peu touche à tout dans ce domaine. Mais j’étais constamment en ébullition, stressée, ça me rendait agressive même. Je ne me reconnaissais plus et je n’aimais pas cette vie, même si le projet sur lequel je travaillais en soit était beau,  intéressant et enrichissant. C’est toute l’ambiguïté de l’économie collaborative je crois !

Alors, j’ai décidé de quitter ma vie parisienne pour réapprendre à vivre lentement, sans être constamment sous la contrainte du temps ou stressée.

Il m’a tout de même fallu 4 mois pour sentir vraiment toute la pression retomber. C’est impressionnant !

Pourquoi penses-tu que tu t’es lancé sur internet et que beaucoup de personnes n’osent pas franchir le cap, même si leur situation est inconfortable. Qu’est-ce qui à fait que toi, tu t’es lancé?

Un monde à véloFranchement, je ne saurais pas vraiment répondre à cette question. J’ai l’impression que ça dépend énormément de la personnalité de chacun. Certaines personnes se mettent énormément de barrières et entendent souvent l’entrepreneuriat comme une prise de risques. Souvent la question est financière d’ailleurs, mais mon esprit minimaliste ne le comprend pas. À 23 ans, j’avais déjà monté une start-up sans même me poser de questions. Si on est passionné, même si l’argent ne rentre pas aussi facilement, on est tellement plus heureux, tout simplement.

D’ailleurs, je peux témoigner que lorsque j’étais cheffe d’entreprise, même avec 600 € par mois, je vivais vraiment mieux que lorsque j’étais salariée avec un bon salaire.

En fait, je crois que je ne suis pas faite pour être salariée et que je ne suis pas la seule. Je gère très mal le travail d’équipe à partir du moment où il y a un rapport de force. Je ne comprends pas toujours à quoi je sers ou quel est le but de ce que l’on me demande.  Je suis une mauvaise manageuse et une mauvaise subordonnée. L’avantage d’avoir sa propre structure, c’est que cela diminue ou même équilibre totalement les rapports. Aujourd’hui, lorsque je bosse avec d’autres personnes, nous sommes sur un pied d’égalité. Et si je trouve le rapport trop déséquilibré, eh bien, je peux dire stop et passer à autre chose, tout simplement. C’est plus difficile de dire stop en tant que salarié.

Qu’est-ce que t’as apporté de positif ton blog/ ton site ou ta présence sur les réseaux sociaux? Ça a vraiment changé ta vie?

Un monde à vélo

Tout simplement un moyen de continuer à vivre de ma passion. Si nous n’avions pas lancé le blog, nous serions déjà obligés de faire autre chose. Peut-être même de reprendre une vie active qui ne nous rendrait pas heureux. J’ai la chance de n’avoir pas besoin de grand chose.  Le voyage à vélo nous amène également à se détacher aussi de tout ce confort que l’on a souvent peur de quitter. Concrètement, le blog et notre présence sur les réseaux sociaux ne nous a pas apporté grand chose pour changer notre vie, nous avions déjà fait ce choix.  Mais tout ça nous a permis de faire perdurer ce choix et rien que pour cette raison, nous en sommes heureux.

Qu’est-ce que tu aurais aimé savoir quand tu t’e lancer et qui ( tu penses) t’aurais beaucoup aidé?

Fais attention au nom de ton blog, si un jour tu dois le changer, ça posera problème !

Enfin, travaille bien tous tes articles dès le début, parce que finalement, reprendre le travail après plusieurs années en ligne, c’est compliqué. Attention à la masse de travail que cela peut demander avant de partir en voyage, car vivre de ça, c’est vivre le voyage différemment. C’est un point important à prendre en compte 😉

Ça a été quoi les plus grandes difficultés dans ton activité en ligne?  As-tu failli abandonner?

Mon cas est un peu particulier car je bosse avant tout par passion et quand je l’entends.

 

Je trouve difficile de me faire voler mon contenu (ça arrive régulièrement malheureusement), d’être constamment présente sur les réseaux sociaux (franchement, c’est chronophage)  et les remarques plutôt désagréables que je peux lire parfois. En fait, mon blog est plutôt une vitrine, même s’il est au centre de tout. J’y ai mis peu de contenus sponsorisés ou liés à des partenariats. 90% du contenu est réalisé de manière totalement libre. Or, une fois que la communauté a en tête que tu as déjà conclu quelques partenariats, ça peut arriver qu’elle te considère comme quelqu’un d’un peu malhonnête et que tout ce que tu écris est payé par un partenaire ! Surtout dans un milieu alternatif comme le nôtre.

La question « touchy » à présent: Est-ce que ton blog te permet d’en vivre à 100% ?

Alors oui et non !

Non pour plusieurs raisons :

  •  Nous n’avons que 2 ans d’activité, mais surtout, nous sommes 2. Dégager deux salaires sur une activité comme la nôtre, ça prend un peu plus de temps. D’autant plus que nous n’avions pas pensé notre activité comme étant une source de revenus au début, nous avons fait des grosses pauses, nous voyageons aussi beaucoup. Peut-être que si on était à 100% dessus, on y arriverait ? Mais nous avons quitté nos jobs respectifs pour être maîtres de notre temps alors à quoi bon ?
  • Le blog directement ne rapporte que très peu. Comme je le disais plus haut, il nous permet surtout de conclure des contrats (ventes de photos et vidéos, rédaction web, etc.)  et ces derniers ne sont pas forcément en ligne chez nous.
  • Enfin, si je commence à mettre un peu d’affiliation, je n’aime pas les sites où il y a trop de publicités. C’est pourquoi nous ne touchons que très peu de revenus à ce sujet.


En revanche, oui, il nous permettrait de dégager un petit revenu qui nous convient pour l’un de nous 2. Mais il faut prendre en compte que nous vivons en Italie, que nous n’avons que peu de charges et ne sommes pas dépensiers. Ça ne conviendrait pas à tout le monde 😉

Et, pour finir, c’est quoi ton prochain objectif? Qu’est-ce que t’aimerais bien en faire dans 3 ans?

Mon prochain objectif c’est d’atteindre l’Asie à vélo. Nous partons d’Italie en mars et nous verrons bien jusqu’où nous irons. Ce sera un voyage sans partenariats sur la route, donc les revenus risquent d’être plus aléatoires.

Au retour, mon objectif serait de rester professionnelle sur le blog mais de garder ce rythme voyage / écriture, temps libre pour nous / temps professionnel. Je trouve le milieu du web stressant.

Il te donne toujours l’impression qu’il faut être à fond, tout le temps et présent un peu partout. Je découvre depuis ces derniers mois que ce n’est pas forcément vrai, mais que si tu veux être pro, c’est préférable.

C’est pour cette raison que le blog restera toujours une activité importante mais devra être complété par des activités secondaire. Alors, à côté, nous voulons mener d’autres projets connexes, plutôt liés à l’édition. Nous avons aussi en tête d’ouvrir un petit gîte et de travailler à notre autosuffisance en nous créant un petit jardin en permaculture !

–Fin de l’interview

Eh bien, j’espère que ces nouveaux et futurs projets seront relatés sur le blog! 😉


Les liens pour les suivre:

3 Shares:

Laissez un commentaire

Vous aimeriez aussi :